Mon accouchement

Souvenez vous cette année je vous ai raconté ma grossesse (voir article). Vous avez été nombreuses ensuite à me témoigner vos propres grossesses, mais aussi vos accouchements. Le mien, je l’ai longtemps mis sous silence. Alors oui, j’en ai parlé à la famille et à quelques amies, mais dans les grandes lignes seulement. Cet accouchement a été aussi long que brutal. Je tiens avant d’aller plus loin dans mon récit, à rappeler que chaque accouchement est unique, mon but n’est pas de faire peur mais seulement de témoigner. Pendant 8 mois j’ai attendu mon bébé, je me suis préparée à son arrivé, mais on ne m’avait pas préparé à ce scénario catastrophe…

J-10

Capture d_écran 2018-09-17 à 21.14.17Nous sommes mercredi 02 mars 22h30, ma série «Grey anatomy» se termine. Je n’ai aucune envie de me coucher mais mon entourage me préconise depuis plusieurs jours de profiter des derniers jours pour me reposer. Raisonnable que je suis, hop les dents, le pipi et dodo.
Je m’endors… Mais quelque minutes plus tard, mon dieu je fais pipi au lit !! Enceinte on a la vessie hyper sensible, c’était donc une première intuition tout à fait plausible ! Sauf que, une fois au toilette, cela ne s’arrêtait plus !! Je m’équipe d’une serviette hygiénique XXL, et réveille doucement le chéri. Je perds les eaux, on y est !

Pour moi tout commence bien, j’avais très peur de ne pas reconnaître les contractions de travail, ou bien me déplacer trop tôt à la maternité. Ce soir pas de doute, on partait à la maternité pour une naissance imminente. Je prends le temps de prendre ma douche, Jean charge la voiture, on dépose Kenzo chez sa maman et nous voilà en route.

Arrivé là-bas pose de monitoring et test pour vérifier que c’est bien du liquide amniotique (après 4 serviette XXL merci madame mais j’avais peu de doutes).
Bref on me met en chambre et on me dit que le travail doit se déclencher naturellement dans les prochaines 48h, au delà ils déclencheront les contractions.
Okayyy

Capture d_écran 2018-09-17 à 23.23.23L’attente
Nous sommes jeudi 03 mars. Toujours zéro contraction à l’horizon, je n’ai presque pas dormi. On attend, on patiente. Une infirmière me propose un tire-lait pour produire de l’ocytocine naturelle… j’écoute, je fais, mais rien.
La journée passe, et j’ai comme l’intuition que cet accouchement va être long …

Jour J

Vendredi 04 mars 1h du mat, premières contractions de travail. Je me remémore une séance de préparation à l’accouchement «ne vous inquiétez pas vous reconnaîtrez les contractions de travail».
En effet on les reconnaît bien bien bien. J’appelle une sage femme, on calcule ensemble l’espace entre chaque contraction. Elle me confirme que le travail a bien commencé. J’appelle Jean vers 05h du mat, je tourne en rond, j’ai vraiment mal. Je prends une douche, fais du ballon, je marche. Je me crée ma bulle, je tiens.
A 8h30 je suis dilatée à 4 (au bout de 7 heures de contractions j’accuse le coup), je me dis que si ça ne va pas plus vite, niveau douleur je ne vais pas tenir. On me fait entrer en salle d’accouchement.

Il y a cet instant ou tu passes de la maîtrise Jedi à la bête féroce. Et bien vers 9h j’en suis là.
A 10h j’obtiens la péridurale, je suis épuisée.
14h la sage femme nous annonce que je suis à dilatation totale, oh joie ! Je me sens ultra prête ! J’ai un regain d’énergie, ça y est c’est mon heure !! On prévient la famille . Préparation de la salle, hop hop hop mise au travail première ! Action !

racheldesfriendsacxcouche2Loupé, ça ne vient pas, elle me dit que l’on va attendre un peu, elle part. C’est un moment tellement glamour dans la vie d’une femme avec son homme. Je te laisse imaginer le tableau. La sage femme revient 30 minutes plus tard. Hop hop hop mise au travail deuxième ! Action ! Loupé ! Ça ne vient pas, je commence à m’inquiéter, je doute sur mes capacités. Bref j’ai un peu les boules tu vois. La fatigue est hyper présente (ça fait deux jours que je ne dors pas beaucoup), je n’ai pas mangé depuis la veille et les hormones sont au summum ! La sage femme m’annonce qu’elle va appeler le médecin pour vérifier un truc. Okayyyy, j’attends toujours en position.

272078-pascal-legitimus-en-gyneco-fou-dans-622x600-2
Le médecin arrive, ils est 17h, j’ai presque plus de péridurale, et l’annonce tombe sans pincettes.

«On passe en césarienne d’urgence, le bassin ne laisse pas passer le bébé.»

À ce moment précis, je m’effondre littéralement ! Je n’avais pas du tout envisagé la césarienne, je n’en voulais pas. Je pleure, personne ne prend le temps de vraiment m’expliquer ce qui va se passer. Je suis très inquiète pour mon bébé. Les gens s’agitent, me préparent. L’anesthésiste vient refaire une anesthésie. On ne me donne pas de nouvelle de mon bébé. Je suis dans un flou total, je ne maîtrise plus rien et je n’ai aucune information.
Vers 17h30, je suis au bloc face à un linge bleu, les bras en croix, j’attends que Jean arrive. Le médecin commence à couper. À ce moment précis, je ressens une douleur vive, je vois flou, j’ouvre la bouche mais sans un bruit. La femme à côté de moi remarque que quelque chose ne va pas. Je lui dis «je sens tout, je sens tout !! Arrêtez !!». Il font sortir Jean, l’anesthésie n’avait pas eu le temps de monter, je vois un masque me tomber dessus.

Plus rien.

Je me réveille. Je touche mon ventre. On vient vers moi, on me pose quelques questions, et on finit par me féliciter de la naissance de ma petite fille, une petite Camille. À ce moment précis, je n’ai aucun souvenir de ce qu’il s’est passé. J’étais persuadée d’avoir eu un accident de voiture, et que ma fille était encore dans mon ventre. Petit à petit on  prend le temps de m’expliquer ce qu’il s’est passé. Normalement, le protocole n’autorise pas la venue des bébés en salle de réveil, mais vue la situation, on m’apporte ma fille.
Camille est née à 17h40

Capture d_écran 2018-09-18 à 15.14.21
Je suis heureuse, mais j’ai l’impression d’avoir tout loupé. Je suis passée à côté de la naissance de ma fille. C’est une sensation vraiment particulière. C’est comme si on m’avait volé cet instant, un instant que j’attendais depuis 8 longs mois, et que je préparais depuis 48h. Tout ces efforts et cette fatigue pour louper mon instant magique, celui de la rencontre avec mon bébé. Vous n’imaginez pas à quel point c’est un sentiment de violence intense. Je n’étais pas en état de colère, mais plus dans un état complètement chaotique. J’ai été en colère par la suite, aujourd’hui je suis indignée !

Je me suis retrouvée avec mon bébé, une sonde urinaire, 14 agrafes et mon vide émotionnel. Comme une sensation de rendez-vous manqué.
Les détails de cet accouchements m’ont été dévoilé quelques jours après, dans le carnet de santé de Camille (elle est née en détresse respiratoire et à dû être réanimée). J’ai également demandé à connaître les raisons exactes de ma césarienne. On m’a répondu très vaguement que mon bassin ne laissait pas passer ma fille …

J’ai beaucoup pleuré, j’ai eu énormément de mal à en parler. Depuis j’ai crée un lien très fort avec ma fille, par nécessité. Le premier regard avec son enfant, doit être un moment tellement fort et intense. C’est un réel manque pour moi !

C’était il y a 2 ans et demi et pourtant cette sensation de rendez-vous manqué est encore très vive. Comme mes larmes et la douleur en salle d’opération. J’y pense régulièrement, j’en ai fais des cauchemars pendant des semaines. J’ai la sensation que mon accouchement a été bâclé.
C’est l’une des raisons pour lesquelles je ne souhaite pas de deuxième enfant. J’ai bataillé pour créer un lien avec ma fille, j’ai travaillé sur moi pour effacé une culpabilité qui s’était installée suite à cet événement. Je peux me dire aujourd’hui plus jamais. J’anticipe les commentaires : «aucune grossesse ne se ressemble, et aucun accouchement ne se ressemble». J’ai conscience que je ne veux pas vivre un deuxième accouchement «normal». Au risque d’accentuer ce regret que j’ai et qui restera pour la naissance de Camille. Je ne sais pas si je suis très clair… Il est toujours difficile de mettre des mots sur des sentiments et des sensations aussi fortes.

Publicités

32 commentaires sur “Mon accouchement

Ajouter un commentaire

  1. Merci d’avoir partager ce moment intime avec nous. Je suis atristée pour toi, hélas on ne peut qu’imaginer ton état d’esprit, et ta peine de ne pas avoir pu vivre ce moment pleinement. C’est bien dommage que le personnel médical ne réussissent pas à expliquer et rassurer mieux les futures Mamans dans ce genre de situations.
    En tout cas tu peux te féliciter d’avoir une belle petite fille, pleine de vie, et pétillante comme sa maman!

    J'aime

  2. Coucou ca me rapelle beaucoup de souvenirs en te lisant. Pour ma premiere pareille 72h de douleur horrible, pour finir en cesarienne d urgence avec l anesthesie qui n avait pas eu le temps de faire effet non plus. Beaucoup de douleurs … mais pour ma 2eme j aurai pu accoucher naturellement ou prevoir ma cesarienne et c etait tellement mieu j ai pu avoir ma 2eme sur moi pendant + de 20 min alors que pour la premiere j ai a peine eu le temps de lui faire un bisou.. mais je te comprend quand tu dit que tu ne veut pas un 2eme enfant parceque personellement je ne veut plus revivre laccouchement cesarienne… si tu te sens bien avec juste ta fille tu a le droit. Certe les accouchements sont tous differents mais si c est pour etre angoisser … ca ne sert a rien bisous de rennes aussi ^^

    J'aime

  3. Oh lala
    Ton témoignage est chamboulant
    Je pleure à chaude larme en lisant cet article et ce RDV manqué.
    Je n’ai aucune idée des sentiments qui ont pu te traverser mais je te soutient à fond dans cette épreuve pas si lointaine.

    Aimé par 1 personne

  4. Bonjour Gaëlle je t’ai connue via les vlog d’Elyssa. Ton récit me touche beaucoup car j’ai vécu un peu la même chose que toi. J’ai été provoquée car gros bebe et il avait dépassé le terme. Après une journée entière de contractions sans peridural, mon fils a commencé à faire des hauts et des bas avec son petit coeur du coup ça a aussi été césarienne en Urgence. Heureusement pour nous il est né à temps en bonne santé, il a aujourd’hui 8 mois et c’est un bébé plein de vie!!! Mais tout comme toi j’ai l’impression d’être passée à côté de ce si beau moment qu est la naissance de son enfant. J’ai longtemps culpabilisé jusqu’au jour où j’ai fait les radios de mon bassin et il était effectivement trop étroit que pour laisser passer mon fils du coup j essaie de relativiser et me dire qu’au final le plus important c’est qu il soit né en bonne santé. Où je te rejoins c’est sur le faite que j’ai également un lien très fort avec mon bebe comme si il fallait combler un manque, un moment raté et pour effacer notre première rencontre manquée . Par contre moi je ne suis pas contre l’idée d’avoir d’autres enfants , je sais que ça ne sera que par césarienne mais mtn je sais à quoi m’attendre et j’essaierai de préparer cette première rencontre autrement, créer ce premier lien différemment .En tout cas merci pour ton partage, ça permet de se dire qu on est moins seule et que les sentiments que l on ressent sont aussi ressentis par d’autres. Restes comme tu es, tu es une femme pleine d’humour, pétillante et avec du caractère. Passe une bonne journée xxx( et sorry pour le long commentaire 😋)

    Aimé par 1 personne

  5. J’en ai la larme à l’oeil 😢 je connais ce sentiment d’avoir manqué quelque chose. Pour mon premier, l’accouchement en lui même s’est bien passé mais parce qu’il avait des difficultés à respirer je n’ai pas pu garder mon bébé avec moi les 2 premiers jours. Ça a été difficile à vivre même si tout s’est bien terminé. En revanche pour le second, accouchement parfait, à tel point que j’en était surprise et attendais qu’on m’annonce le moindre problème… très bel article en tout cas!

    Aimé par 1 personne

  6. Coucou Gaëlle,

    j’avais écouté cet interview d’Emilie (@emiliebrunette) sur sa césarienne, qui m’avais interrogé, et qui fait échos à ton histoire. Finalement, ce qui revient, c’est la question de la préparation, pourquoi ne me l’a t-on pas expliqué avant ?
    en tous cas, tu es une personne pleine de joie de vivre remplie d’amour !
    je t’embrasse,
    Natacha.

    https://www.bliss-stories.fr/2018/07/30/emilie-et-la-cesarienne-durgence/

    Aimé par 1 personne

  7. Ouuuh comme je peux imaginer ta douleur physique et émotionnelle, une épreuve pas facile a surmonter je le conçois. Accouchement très long aussi pour moi 18h de travail en déclanché dont 13h sans péri et ouverte a 2 cm en 13h 😫. L’histoire se termine bien mais aurait pu très mal finir pour moi puisque grosse hémorragie a la délivrance du placenta et grosse baisse de tension casi 2L de sang de perdu et une tension a 7 je te laisse imaginer la panique dans la salle moi j’ étais dans les vapes mais mon mari a subi cette panique de son regard a lui et avec son impuissance a ne savoir quoi faire. J’ ai eu une 2eme grossesse et hémorragie encore une fois moins importante car il c’était préparé a cette éventualité mais il m’a conseillé de ne pas faire de 3eme.je comprends ta réticence a vouloir en parler, c’est revivre tous les sentiments par lesquels on est passé a travers cette épreuve alors qu on a qu’une envie c est de ne plus y penser et encore moins les revivre. Je te souhaite tout le meilleur avec ta fille qui est en pleine santé.

    Aimé par 1 personne

  8. Bonjour Gaëlle.
    Je t’avais déjà laissé un commentaire sur un de tes premiers articles concernant les familles recomposées. Nous avons quelques points en commun : un mari qui a déjà un grand garçon, et une petite fille née en 2016 par césarienne d’urgence à cause d’un bassin trop étroit…
    Je me suis un peu retrouvée à travers ton récit. Mais je ne saurais pas dire si je trouve ça rassurant de voir que partout les mêmes erreurs sont produites et re-produites !
    Dans mon cas, j’avais exigé un scanner à 8 mois de grossesse car vu mon gabarit (1m53, 43 kg) je pressentais que ça ne « passerai pas ». Au vu des résultats, « ce sera dur mais ça ira Mme ». Alors on y est allé hyper confiants. Mais après quelques heures en salle d’accouchement, les messe-basses entre sage-femmes, le médecin de garde qu’on appelle… et le verdict qui tombe !
    Mon mari a été emmené en salle d’attente comme un vulgaire visiteur, moi j’étais seule au bloc. Ils étaient pressés de sortir ma petite Sarah, elle avait commencé à relâcher puis ravaler du méconium (risque de septicémie). Pour que l’anesthésie soit plus rapide (j’ai eu la chance de ne rien sentir), on m’a shootée, comme on l’aurait fait pour un homme de 80kg…
    Ils ont sorti Sarah en 15min et l’on emmenée directement vers le pédiatre de garde. Aucune nouvelle, l’angoisse qui monte, la chirurgienne qui accuse le sage-femme de faute grave car il a trop attendu pour déclencher la césarienne ce qui nous a mises en danger toutes les 2, l’ambiance tendue, la crise d’angoisse qui arrive, et encore plus de morphine pour me calmer…
    Finalement mon mari la retrouve, elle est saine et sauve. Après 30 min je suis toujours au bloc, on me l’amène, un petit bisou rapide puis vite il faut continuer de la surveiller.
    1h plus tard on se retrouve tous les 3 en salle d’accouchement (vu la situation, on ne m’a pas laissée seule en salle de réveil). Première heure au top. Interdiction de l’allaiter vu les doses de morphine et autres anesthésiants que j’ai reçues. Pas de problème, on apprend à faire connaissance quand même, on crée le lien. Et d’un coup, ma tension qui chute à 8, je suis prise de violents vomissements puis perte de connaissance. Je passe 24h dans cet état. A demi-consciente, entre vomissements et désorientation. Je loupe les 1ers biberons, les 1ers changes, le 1er bain, la 1ère nuit…
    Il m’a fallu beaucoup de temps pour me remettre physiquement et psychologiquement. J’ai également mis longtemps à déculpabiliser. Mais je suis très proche de ma fille et maintenant nous allons bien toutes les 2.

    Aimé par 1 personne

  9. Gaelle, ton histoire fait écho à la mienne… que de points communs! Je me prénomme aussi Gaelle, je vis à rennes et e suis maman d’une petite Romy de deux ans et demi. Mon accouchement ressemble au tien, perte des eaux, contractions que mon corps supporte tellement mal qu’elles me font vomir, des heures de douleur. Ma grossesse a été parfaite, mais en arrivant à la maternité, on me demande si j’ai bu beaucoup de café, ou si je me suis droguée (??!!!!) car ma fille a des battements de cœur irréguliers.je leur demande de couper le son du monito qui m’angoisse, rien ne m’avait été signalé avant ce jour. Je finis en en césarienne d’urgence après 18h de travail (et col ouvert à 2!!!). Romy naît, je suis complètement à côté de mes pompes, je ne comprends rien, je ne profite pas de ce moment tant attendu. Elle a le cordon autour du cou deux fois et une fois autour de l’epaule. Ce que je me dis aujourd’hui, c’est que tout ça aurait pu être évité en faisan une simple écho… mais c’est ainsi. Je me dis juste que j’ai eu de la chance que ma fille naisse malgre tout en bonne santé!
    Le fait d’en parler aujoud’hui Pansera certainement un peu tes plaies…
    Gaell

    J'aime

  10. Témoignage très touchant !
    Mon accouchement à été compliqué pour moi également.
    Première contraction vendredi soir 20h départ à la maternité à 2h samedi matin retour à la maison à 5h50, 5h55 … Je perd les eaux ! Retour à la maternité col ouvert à 2 cm, de 7h à 10h gros blanc trop de douleur pour me rappeler quoi que ce soit, je parlais mal au aide soignant, je vomissais, je hurlais de douleur pendant les contractions… (ravie quoi) à 10h fin du gros blanc péridurale ! MERCIII ! A partir de ce moment moins en moins de contraction, début de fièvre maternel donc antibiotique … arrêt du travail, médicament pour les redémarrer… peridural doubler, antibiotique, redémarrage des contractions 3eme dose de péridurale… 19h on par en césarienne ! 19h10 au bloc le bébé sort allé par voie basse ! Apres une émission, les forceps et la fièvre qui remonte, toute tremblante je vois mon fils partir en soins avec son père et moi je reste là tout seul a 0h00 je voi mon fils je m’endors sur la couveuse.
    Je le voie réellement à 8h le dimanche matin premier câlins premier biberon avec maman ♡
    Acouchement moins dur que le tien psychologiquement, mais tu là bien dit l’impression de manquer ce rendez vous !
    Bon courage à toi et profite de cette Camille qui a une maman parfaite !

    J'aime

  11. J’ai accouché le 2 mars mais cette année.
    Tout pareil, en Salle de travail on ma annonce une césarienne d’urgence.
    Quand elle est sortie on me l’a à peine présentée…
    Je souhaitais allaiter, je voulais absolument faire la tétée de bienvenue mais personne ne m’a aidée.
    6 mois après c’est toujours aussi dur mais ma fille m’apporte une telle joie qu’on « oublie ».
    Mais ton récit ma fait versé quelques larmes.
    Je tenvoi beaucoup de soutient.

    Aimé par 1 personne


  12. Je compatis.
    Perso, ce fut épique même si je l’ai bien vécu.
    Contractions vers 20h. Arrivée à l’hôpital à 22h. Péridurale à 23h. Dilatation complète à 00h30. Puis rien. Pas de descente. Monitoring normal.
    Vers 4h30, on me propose d’essayer de pousser . On me ré expliqué car ce N’est pas intuitif du tout. Bref. Je pousse. Au bout de 30min je demande la progression. Réponse hésitante:  » millimètre par millimètre  » 😣
    Puis au bout d’une heure, arrivée de la gynéco (qui essaie de me faire pousser quand je n’ai pas de contraction)
    Essai des spatiales: l’horreur je sens ma fille remonter dans mon ventre. On me propose un deuxième et dernier essai avant césarienne: je refuse c’était trop horrible. Je rouvre les yeux : un monde fou dans la salle d’accouchement. Pas de détresse de ma fille donc on me laisse me mettre sur le brancard tranquillement. On va en salle d’opération sans mon conjoint.
    Tout s’installe tranquillement. Les anesthésistes me racontent leurs congés à Saint Malo pour me détendre (Je leur avais dit que j’étais née là bas).
    Naissance de ma fille. Un moment émouvant de l’entendre . Il me la mettent sur le visage pour faire connaissance.
    Puis ils l’emmène vite à son papa.
    Puis le temps long: sortie du placenta, mise en place des 11 graphes. Mega chute de tension que les anesthésistes rattrapent.

    À la sortie de la salle, petit bisou à ma fille avant de passer 2h30 seule en salle de réveil, jusqu’à ce que la sage femme vienne me chercher car ils me liberaient pas (ils essayaient de stabiliser une mamie).

    Enfin le bonheur de rencontrer plus longuement ma fille 😊

    Aimé par 1 personne

  13. Bonsoir Gaëlle,

    Quand je lis ton témoignage et tous les autres ça me fait penser à mon accouchement qui au passage était la 9 eme césarienne de la garde de l’anesthesiste ! 24h de travail dont 10 sans péri pour finir en césarienne d’urgence…Comme tu le dis je pense que le seule rdv dans le parcours grossesse qui te remets les pieds sur terre c’est le rdv anesthésiste mais dans les cours de préparation à la naissance on t’apprend à pousser mais généralement on a le droit à s’il descend pas on prend soit l’es cuillère soit les ventouses et si ça ne marche pas ça peut finir en césarienne.
    Je n’ai pas mal vécu cette césarienne car les sage femmes m’ont bien expliqués que ma vie et celle de ma fille étaient en danger mais c’est vrai qu’on est loin d’un épisode de baby boom!
    Aujourd’hui j’attend mon deuxième et pour le moment on me laisse accoucher par voie basse mais j’espere ne pas avoir à revivre une telle situation.
    Merci ta spontanéité et ton partage car etant entourée de femmes aux accouchements de rêve c’est compliqué de pouvoir en parler.

    Aimé par 1 personne

  14. Un peu comme moi aussi…mars 2016..Un accouchement idéalisé…puis anomalie rythme cardiaque..appel gynéco…auscultation..du sang..la sage femme appui sr le bouton rouge..Et là 10 personnes autour de moi à me préparer sans m’expliquer…Je pleurs..le papa au fond de la pièce..en détresse..puis au bloc..derrière un drap..les bras en croix…les minutes les plus longues..J entends enfin ma fille pleurer…ouf..Elle est vivante…puis l aide opératoire me dit dis Dc elles est petite..je la tiens à peine ds ma main…puis le gynécologue..en plus elle avt 3 fois le cordon autour du coup bien serré…merci de me rassurer…Je l ai vu à peine 10 secondes puis amenée avc le papa pour les premiers soins…ils me l ont ramené le tps d un dernier bisous puis emmenée en néonatologie ( 1,940 43 cm)…puis salle de réveil pour moi et remontée ds le service maternité 3h plus tard….Je demande si je peux voir Juliette..On me dit papa est là ??Je dis oui…Elle dit il a pris des photos..Je dis oui…bon ben ça sera tt pr aujourd’hui..vs irez demain après midi…les hormones nous rendent faible..
    La fatigue aussi..Et l inexpérience…mais si c était aujourd’hui je me laisserai pas faire..instinct de maman..maman louve…
    Je dis aussi à tt le monde de pas idéaliser son accouchement..On est à l abris de rien…J ai eu aussi énormément de chance…mais maintenant je profite de ma beauté, ma princesse…
    Super témoignage..

    Aimé par 1 personne

  15. Accouchement similaire pour mois : le jour du terme je perds les eaux. J ai des contractions très douloureuses l anesthésiste a du mal a me faire la péri parce que je suis tendu…mais ouf elle fonctionne. Bon je suis tellement stressé que je tremble avec les effets de la péri. En réalité je me flippe d accoucher par voie basse parce que toute ma grossesse mon gynéco m a préparé a la césarienne car comme toi je suis petite et menue…mais finalement après examen ça passe. En réalité ca ne passe pas ma fille souffre donc césarienne d urgence. Ma puce va bien, je la vois et elle va vite avec son papa.ouf ! Je les retrouve vite. Le lendemain j avais toujours de contractions…on te dit que c est normal…mais de plus en plus douloureuse, insoutenable. Le verdict tombe je fais une hémorragie interne suite a une mauvaise suturation de l utérus. J ai perdu 1,5l de sang, n ai pas pu m occuper de ma fille et 3 jours après j étais toujours a 6 de tension…ils décident de me transfuser parce que je veux m occuper de mon bébé, le papa est épuisé…je passe sur le fait que l infirmière n avait vraiment pas l air sûre d elle lors de la transfusion ! Aujourd’hui clairement je comprends que tu ne veuille pas de deuxième enfant. Mon homme en veut un deuxième depuis un petit moment mais moi je ne suis pas prête. Trop peu osent dire la vérité je trouve. En tout cas pour moi ça n a pas été le plus beau jour de ma vie et je trouve que parfois le personnel médical manque clairement d empathie et de tact.

    Aimé par 1 personne

  16. Salut Gaëlle,
    Je te comprends tellement mais voici mon histoire , à 21 ans j attend ma première fille 1 mois avant le terme j ai beaucoup de contraction et ma fille est toujours en siège , on m hospitalise.pour gagner du temps, je rentre le lundi et le jeudi je perds le bouchon muqueux…. quesaco !! Personne m en avait parlé de ce truc!! Le gynéco me dis »bon le travail va bientôt commencer, il faut prendre une décision ! » , une décision ? Oui accoucher par le siège ou cesa ? Heu … non non, moi je voulais un accouchement de rêve ,normal, sans peri avec tout qui va bien , comme les filles qui te disent que c est le plus beau jour de leur vie quoi ! Pourquoi pas moi ? Bref … une gentille tata 😈m avait raconté son accouchement par le siège. 😨Je te laisse imaginer , alors voilà cesa programmée … Je contient mes larmes mais bon je suis déçue , finalement ma fille était coincée avec le cordon autour du cou donc voilà .. heureusement qu’ on a fait la cesa m as dis le gynéco.
    3 ans plus tard j attend ma deuxième fille a terme, tête en bas, tout qui va bien , je rentre le samedi soir, j ai des contractions violentes tte la nuit , le dimanche on me dis le col est a 1 … bon il faut attendre encore ..tt dimanche, j en peu plus, je suis épuisée et j ai tellement mal , la sage femme passe la nuit a mes côtés pour me tenir la main , mais j y crois, cette fois je vais y arriver … et puis a 5h du mat le coeur de bébé est fatigué et je suis toujours à 2 , non c est une blague! pourquoi mon corps veut pas faire son boulot !? on me dis cesa en urgence ! Mais non ! Pourquoi moi encore ! Je pleure, toute cette souffrance pour ma fille et moi pour rien … et voilà 2 ême cesa … j aurais tellement aimer accoucher par voie basse😢 mais je dois accepter et puis a 42 ans je découvre que je suis enceinte !!!! 🤤🤤🤤Et la panique que faire … oh non encore une cesa … C est sur… et oui c est sur vu mon âge et mes 2 cesa j y ai droit d office … grrrr… placenta mal placé sur les cicatrices donc complication pour inciser et très gros risque d hémorragie , 1 équipe supplémentaire est nécessaire pour intervenir ou cas où … mais tt ce passe bien … on m incise la vessie au passage … ben ouais fallais bien un souvenir de plus… et voilà moi qui rêvais d un accouchement naturel … 3 cesa. Mais aujourd hui du haut de mes 46 ans quand j ai mes 3 filles autour de moi , ma petite fille et oui ma grande m a fait grand mère on était enceinte en même temps truc de fou , quand je sens tout cet amour , ces moment en famille ou on partage et tous ces fous rire , mes 3 princesse m on donné tellement de force dans ma vie que je ne regrette rien et j ai compris que ce que l’on vis n es pas une punition c est notre histoire elle nous fait comprendre qui on es , elle nous appartient , oui 8 femmes sur 10 accouchent par voie basse mais la vie se résume pas a ça , peut être qu elle doivent affronter d autre douleur , d autre blessures dans leur vie. C etait mon chemin de vie et si j avais vécu quelques années en arrière je n aurai pas survécu à mon premier accouchement car mon bébé n aurai pas pu sortir … J ai l immense bonheur d avoir eu 3 filles alors voilà … ma grande a accouché aussi par voie basse car son bébé etàit placé comme elle en siege et coincée , c est fou… elle était déçue mais ma dis j ai pensé a toi maman et à ta force ça m a donné du courage et permis d accepter a mon tour ….
    Voilà C est mon histoire a moi 😘bisous Gaëlle ( c est moi qui sur insta t avait dis de regarder a la télé télé achat ou le doublage et la mise en scène sont nuls et trop drôle)

    Aimé par 1 personne

  17. Quand tu parles de ton accouchement, j ai envie de te dire, moi ont m’avait prévenue du gros risque de detresse respiratoire la veille de mon accouchement.a mon arrivé à la mater la pediatre est venue nous voir nous a tout expliqué, tous les risques pour mon fils. (Je suis malade et grossese sous morphine) pendant 9 mois j’ai culpabilisé) et au moment ou ont m’a dit c’est le moment il arrive, je me suis éffondré, non je ne voulait pas qu il sorte, non je ne voulait pas qu il soit mal a cause de moi.laissez le dans mon ventre il est en sécurité. Il est sortie, je l’ai regardé, je n’ai rien ressentit, papa a fait le peau a peau j etait heureuse de l’ai voir tous les deux.moi je resté spéctatrice. Tres vite il a été transferé en néonat pour etre surveillé, de mon coté je n’etait pas capable de le prendre papa a beaucoup gerer les premiers jours ,mais j’etait la, avec toute ma culpabilité et mon inquiétude,une seul chose m importait je voulai etre sur qu il allait bien. Qu il n aurait pas besoin de sevrage. Et arpres 4 jours il a pu venir en chambre avec nous, la pédiatre m’a annoncé que mon fils allé très bien, pas besoin de sevrage,et pas de sequelles, j’ai pleuré pleuré de joie, et j’ai enfin pu faire véritablement connaissance avec lui.je regrette les premiers jours, j’aurait voulu etre veritablement la pour lui. Je l’était mais comme une maman loup qui guette le danger. Par miracle car oui c’est un miracle il est née en parfaite santé mais un deuxième le sera t’il aussi? Je ne veu pas revivre toutes cette angoisse tous ces cheveux blanc qui sont apparues en quelques jours. Et pourtant notre relation est si particulière, si il n y avait pas eu toutes ces épreuves la relation ne serait peut etre pas aussi fussionelle. Maintenant je sais que je l’ai aimé à la premiere seconde ou je l’ai vue mais je me suis interdit de creer le lien par peur de le perdre. A l instant ou j écrie il me sert la main tres fort, depuis sa sortie de neonat j’ai passé des heures à lui tenir la main…

    Aimé par 1 personne

  18. Bonsoir Gaëlle. Je lis avec émotion ce magnifique article. J’ai accouché dans le même lieu que toi et le même mois .. on en avait très brièvement échangé en commentaires. Je connais ce bloc pour l’avoir vécu deux fois. Ma fille est née a 33sa pour me sauver la vie.. je faisais une pré éclampsie grave, je suis descendue au bloc avec 10kg d’œdèmes pris en une semaine et 17 de tension. La culpabilité que tu nommes je l’imagine… On m’a fait comprendre que ma fille allait mourir si elle restait dans mon ventre puisque mon corps n’était plus capable de lui fournir nutriments et oxygène. Deux mois avant le ciel m’est donc tombé sur la tête. Ma brève histoire pour te dire combien je t’admire d’avoir partagé ces mots là. Et combien tu peux être fière d’avoir un lien si fort avec ta petite Camille malgré cet instant volé. ( Tu peux aussi faire une demande écrite pour avoir la copie intégrale de ton dossier médical. Et tenter de comprendre ) douces pensées !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :